Les caractéristiques clés d’un objectif, partie 1.

Chaque objectif d’un appareil photo se comporte comme un œil, avec ses caractéristiques propres. Il est important de bien comprendre ces éléments, parce qu’ils détermineront le rendu final de vos expériences, reportages, commandes…

Quelles sont donc les caractéristiques clés d’un objectif?

  • Sa luminosité

Aussi appelée ouverture, que l’on écrit sous la forme f:1.4 ou f/ et qui est un nombre qui va de 1 à 32 pour les lentilles les plus classiques.

Exemples: Canon EF 50mm f/1.4 ou Nikkor AF-D 50mm f/1.4

image    et    image

La variation de cet indice va agir sur :

      • la quantité de lumière qui va atteindre le capteur (là où se forme l’image).
      • l’impact des aberrations (imperfections) de l’optique.
      • et enfin, ce qui nous intéresse ici, la profondeur de champ de l’image (la zone de netteté, sa longueur).

La « pleine ouverture » d’un objectif détermine la quantité maximale de lumière que votre objectif peut capturer. Ensuite, à l’intérieur de votre optique – si ce n’est pas une lentille à ouverture fixe le diaphragme va permettre de varier l’ouverture.

Ci-dessous un schéma montrant les différentes ouvertures et leur incidences sur la quantité de lumière qui rentre dans l’appareil:

source: Wikipedia

Dans le cas d’un zoom, c’est à dire des objectifs à distance focale variable, l’ouverture maximum variera en fonction de la focale utilisée.

Exemple: Nikkor AF-S 24-120mm F/3.5-5.6.

Pourquoi deux chiffres? A 24mm (un grand-angle, pour saisir plus de la scène sans reculer) l’optique ouvrira à f/3.5 (au maximum) alors qu’à 120mm (un petit télé-objectif, pour photographier des éléments éloignés ou des portraits en gros plan) l’objectif n’ouvrira qu’à f/5.6, soit +/- une ouverture de moins (on dit aussi un diaphragme de moins, ou 2x moins de lumière).

  • Sa distance focale

Aussi appelée focale est la définition de ce que vous pourrez photographier, sa distance par rapport au capteur de l’appareil.

Par exemple un 135mm, un petit télé-objectif, permettra de “rapprocher” le sujet, ou de vous rapprocher, sans avoir à pénétrer dans sa sphère d’intimité (portrait, oiseau).

A l’opposé, un 24mm, appelé grand angle, permet de “reculer” les murs de la pièce, de faire comme si vous vouliez vous déplacer vers l’arrière. Très utile en paysage, en architecture mais aussi en portrait, dans un train, un concert, un salon bondé.

Entre ces deux types de lentilles, se trouvent les objectifs standards, qui correspondent plus ou moins à ce que l’œil humain voit. LA distance focale de ces objectifs est de 50mm.

  • La motorisation, la stabilisation, l’autofocus

Qui sont des éléments de conforts et de facilité, permettant de faire la mise au point automatiquement, de stabiliser l’image photographiée (corriger certains flous de bougé). Nous en parlerons dans un autre article. Ils sont décrits avec les termes suivants, selon la marque:

  • Canon, IS et USM, pour image stabilizer et ultasonic motor
    Nikon, VR et AF pour vibration reduction et… autofocus.
  • Divers…

Traitements de surface (pour éviter la diffraction, certaines aberrations optiques), macro (pour permettre des photos avec un facteur de grossissements plus élevés), objectif tout manuel, à décentrement (pour redresser les perspectives, ou les renforcer, série professionnelle (série L chez Canon) qui offre une meilleure protection contre les poussières, l’humidité,  …

Tout çà ayant un prix, bien sur… Certaines optiques haut de gammes dépassant allègrement les 10.000,-€, oui, dix mille euro.

  • Un dernier élément important est la taille du capteur

En effet, selon la taille du capteur, qui va de 1/2,5ème de pouce jusqu’à des capteurs moyen-format comme ceux produit par Kodak, le “rendu” de l’objectif sera modifié.

image

Licence :  Creative Commons – Author Mofyre

Exemple: dans le cas d’un 50mm monté sur un Canon avec un capteur APS-C, la distance focale deviendra 80mm, soit 50 (distance focale initiale, sur un capteur 35mm, dit Full-Frame) multiplié par un facteur 1,6.

D’où vient ce coefficient?
C’est tout simple, c’est le rapport entre la taille de votre capteur et celle d’un 35mm, qui est le facteur 1. Ce capteur est donc, dans ce cas, 1,6x plus grand, en surface, qu’un APC-C.

C’est tout pour aujourd’hui. Dans un prochain article, nous nous attarderons sur la profondeur de champ, notion clé pour tout ceux qui veulent enfin obtenir les photos qu’ils ont imaginées. D’autre part, je partagerai avec vous mes choix en matière de matériel.

Serge

À propos de artphotoheritage

Un photographe amateur intéressé par la technique, la composition de portrait, photo de paysage. Du conseil et du partage, pour le débutant et l'amateur.

Publié le 30 avril 2011, dans Composition, Général, Technique, et tagué , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien. 9 Commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :